10/01/2015

Santé, conservation!

 

coulee.pngCe fut, de tout temps, non seulement le cri de ralliement des habitués des carnotzets, mais aussi, peut-être, la phrase la plus galvaudée depuis la première seconde de cette nouvelle année. Car, pour nous, la santé, bien sûr, c’était la clé du bonheur, paraît-il, bien avant l’amour, le jackpot de l’EuroMillions, ou même la victoire de Genève Servette sur Fribourg Gottéron. Mais, surtout, ça n’engageait à rien de la promettre même à des gens qu’on ne connaissait pas vraiment. Bref, à part quelques oncologues lucides et certains croque-morts stakhanovistes, c’est ce que tout le monde souhaitait machinalement. Tout le monde. Même Frank Van der Bleeken, après quelques hésitations, il est vrai… Rappelons que ce quinquagénaire, incarcéré depuis trois décennies, considérant que ses conditions de détention étaient inhumaines, avait obtenu de la Cour d’appel de Bruxelles d’être transféré dans un hôpital pour y être euthanasié. Après un long débat, la justice belge avait finalement accepté cette requête, mais, Frank Van der Bleeken, après mûre réflexion, avait fait machine arrière en renonçant finalement à son intéressant projet pour se contenter d’un simple transfert dans un autre pénitencier.
 
Il nous aura peut-être suffi d’une semaine d’horreur pour que nous changions de paradigme. Pour que nous prenions conscience que, même dans notre société douillette, la vie ne valait pas un sou, que la conserver pouvait être un implacable combat, bref, que cette aimable rengaine redevienne une ardente prière. Comme si nous étions de simples habitants de Kobané.
 
Jean-Charles Simon