02/05/2015 10:58 Publié dans La coulée douce | Lien permanent | Commentaires (0)

Bon sang ne saurait mentir

lstapioca-tomlm.pngJ’ai beau savoir que la quête de l’égalité est devenue le principal culte de notre époque, et la chasse à la discrimination notre combat primordial, il n’empêche qu’un récent sujet de la RTS m’a quand même légèrement interloqué. Il était consacré à l’exclusion du don du sang pour les homosexuels. On y voyait notamment deux jeunes gens, au visage flouté, témoigner d’avoir dû mentir sur leur orientation sexuelle pour pouvoir participer aux collectes de la Croix-Rouge. Bien sûr, cette interdiction semble non seulement discriminatoire, mais aussi obsolète, le problème, si problème il y a, ne résidant pas dans l’orientation, mais bien plus dans le comportement sexuel, mais ce qui m’a un peu gêné, c’est que les deux intervenants, au lieu de s’en tenir à ces arguments raisonnables, ont tenté de nous émouvoir en nous expliquant que le fait de ne pas pouvoir donner son sang piétinait leur désir profond de venir en aide à leur prochain, seule raison de leur présence sur terre. J’ai eu la nette impression qu’ils poussaient un peu le bouchon, et j’ai envie de les rassurer. Etant moi-même, à la suite d’une inique crise de paludisme cérébral, frappé depuis 2004 du même scandaleux ostracisme, je leur assure qu’après un long et pénible travail de reconstruction personnelle, on peut espérer continuer à vivre et même à prétendre mériter de jouer un modeste un rôle social, et continuer à se regarder dans le miroir. Même si l’on est dans l’impossibilité de transmettre à la communauté ses globules et ses plaquettes deux fois par an.

Les commentaires sont fermés.