06/09/2014 09:15 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les chevaliers du ciel sont parmi nous

jeancharles_simon.jpgDepuis la votation sur les Gripen,notre armée ne se doutait pas qu’elle pouvait compter sur autant d’admirateurs d’avions de combat

Ainsi donc, ce week-end encore, la Broye, paisible région où j’ai enfin posé mon baluchon après des années de vie errante, va frémir au murmure strident des aéronefs de tout poil. Le meeting AIR14 s’apprête à connaître le même triomphe que la semaine dernière et le moindre chemin de remaniement rappellera aux plus anciens les bouchons des routes françaises sous le feu des Stukas.
 
C’est d’ailleurs peut-être le seul bémol dans l’organisation impeccable de cette fête splendide par notre valeureuse armée. Mais, comment pourrait-on lui en vouloir? A sa décharge, au cours des guerres récentes, elle a été rarement confrontée à des questions d’exode massif de population, et, surtout, depuis la votation sur les Gripen, elle ne se doutait vraiment pas qu’elle pouvait compter sur autant de fervents admirateurs d’avions de combat.
 
Voulant connaître le fond de votre pensée, notre vénéré quotidien a osé vous poser sans détour «la» question de confiance: «AIR14, à Payerne, fait-il trop de bruit?» Vous avez été 61% à répondre: «Non, pour une fois qu’on peut voir tant d’avions.» C’est quasi un plébiscite. Et vous avez évidemment raison. Car, une parade aérienne, c’est un superbe spectacle. C’est aussi beau que le plus beau des feux d’artifice. Ça remplit le ciel et les yeux des petits comme des grands.
 
Et c’est à peine terminé qu’on ne peut s’empêcher d’avoir le sentiment que c’est un peu de l’argent fichu en l’air.

Les commentaires sont fermés.