31/05/2014 10:50 | Lien permanent | Commentaires (0)

"L'innovation destructrice"

Ce tiSEB_6054.jpgtre est celui du nouvel essai du philosophe Luc Ferry et est inspiré, paraît-il, du concept de «destruction créatrice» cher à l’économiste autrichien Joseph Schumpeter. L’ancien ministre justifie sa figure de style inversée, grâce à une image amusante et efficace: «Laisser tomber dans l’eau son iPhone 4 donne rarement naissance au 5; en revanche, l’invention du 5 rend peu à peu caduc le 4!» Et c’est justement là que réside toute la question. Il me semble en effet que, dans le monde actuel, on a facilement tendance à glorifier toute innovation sans trop évaluer les dégâts qu’elle provoque, comme si on craignait comme la peste toute évaluation objective. C’est surtout valable dans le champ des mœurs et de la morale, où la moindre réserve vis-à-vis de certaines initiatives pédagogiques ou sociétales vous catalogue immédiatement comme infâme réactionnaire aux yeux des bienheureux penseurs branchés. Comme si le pourtant sanctissime principe de précaution, là, n’avait jamais à être évoqué. J’avoue que j’ai de plus en plus de peine à m’enthousiasmer pour la nouveauté. Il est vrai que la nécessité du changement s’étiole avec l’âge. Plus le temps passe, moins il me semble synonyme de progrès. Et je ne peux m’empêcher de garder enfouie au fond de moi, comme tout bon retraité sans doute, la pensée secrète que, si ma cessation d’activité fut éventuellement rendue nécessaire par un besoin d’innovation, elle provoqua dans l’entreprise des dommages dont on n’a pas encore mesuré la véritable ampleur à l’heure qu’il est.

Les commentaires sont fermés.