01/03/2014 10:38 | Lien permanent | Commentaires (0)

La beauté de la jeunesse du monde

SEB_5851.jpgCloué sur un lit de douleur et peu sensible au Tramal, j’ai, pour seule activité intellectuelle de cette dernière quinzaine, ingurgité toutes les retransmissions télévisuelles de Sotchi, à raison d’une douzaine d’heures par jour. C’est une expérience que je ne souhaite à personne, mais qui m’a permis au moins de changer d’avis sur les JO. Avant, je trouvais que leur seule véritable utilité était de servir d’ersatz à la guerre, en canalisant fugacement le chauvinisme stupide et la haine de l’autre. Le résultat n’était pas négligeable, bien sûr, mais, pour l’obtenir, il avait fallu se prosterner devant les potentats et oublier, pêle-mêle, la corruption, le gaspillage financier, les saccages écologiques et les droits de l’homme.

Et je découvris avec ravissement, grâce à de nouvelles disciplines, comme le skicross ou le halfpipe, une bande cosmopolite de jeunes gens, habillés comme l’as de pique, qui heureux d’être là, médaille ou pas médaille, simplement heureux de participer, aurait dit feu le baron de Coubertin. Bref, à mille milles de ces images traditionnelles de sportifs après l’effort, héros intouchables entrant au Panthéon ou victimes expiatoires au bord du suicide, suivant le résultat.
Cependant, si j’étais membre du CIO (ce qui ne saurait sans doute tarder, étant donné mon intérêt affiché pour cet aréopage), je ne me réjouirais pas trop vite de ce retour imprévu aux sources de l’olympisme. Car, dans l’avenir, je vois peu de pays désireux d’allonger 37 milliards d’euros pour uniquement permettre à une bande d’allumés de s’envoyer en l’air.

Les commentaires sont fermés.