28/09/2013 11:43 | Lien permanent | Commentaires (0)

Vœux pieux

Après un mois d’expérience de jeune retraité, si j’ose cet oxymore, la principale constatation que j’ai faite, c’est l’étrange élan de sympathie chez les gens qui sont au courant de cet événement très personnel.
 
Et, à cause de l’important tirage du journal qui abrite désormais cette modeste chronique, ils sont fort nombreux. Il ne se passe pas une visite au supermarché voisin (désormais ma principale activité mondaine) sans qu’un, voire plusieurs quidams souriants se précipitent sur moi, la main tendue, pour me souhaiter une «bonne nouvelle vie». Et ils ajoutent généralement: «Je suis sûr que vous avez encore plein de projets!»
 
L’histrion qui sommeille toujours en moi est évidemment heureux comme un pape François de rencontrer ce regain de popularité, aussi subit qu’imprévu, et je déguste goulûment cette jolie preuve d’amicalité, qui coule dans mes oreilles comme le Château Yquem 1904 dans le gosier de l’œnologue averti. Ils ont raison, bien sûr, je suis prêt à affronter tous les nouveaux défis…
 
«On a vu souvent rejaillir le feu de l’ancien volcan qu’on croyait trop vieux...» Hélas, très vite, le soufflé retombe un peu. «Vous avez encore plein de projets! Bien sûr…» Mais, les projets sont comme les gisements pétrolifères, ça aurait plutôt tendance à se raréfier avec le temps. «Le champ des possibles rétrécit inéluctablement», comme dit mon voisin agriculteur. Alors, en entendant tous ces vœux pieux, je ne peux pas tout à fait m’empêcher de penser au type souhaitant un prompt rétablissement à un ami hospitalisé dans un service de soins palliatifs.

Les commentaires sont fermés.