22/06/2013 09:41 Publié dans Blog | Tags : matin, invite | Lien permanent | Commentaires (0)

Va, je ne te hais point («Le Cid», III, 4)

 
Les nouvelles de la santé de Nelson Mandela, à la minute où j’écris ces quelques lignes, ne sont pas rassurantes, ce serait ridicule de le prétendre, mais ne sont pas immédiatement alarmantes. Le vieux lutteur fait une fois de plus la preuve de sa pugnacité. Hélas, son combat l’oppose désormais, à une adversaire réputée invincible. Alors, si, en Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui disparaît, que pourra-t-on dire à l’heure de sa disparition probable, sinon prochaine?

Pour «Somme toute», j’avais rencontré, au courant du mois d’octobre, Jacques Moreillon, ancien directeur général du CICR, qui avait plusieurs fois rendu visite à Nelson Mandela dans sa prison de Robben Island. Il nous avait confié alors que le trait de la personnalité de Mandela qui l’avait peut-être le plus impressionné, c’était son absence totale de haine envers ses adversaires. Cette attitude admirable est rarissime, car ce qui devrait pourtant constituer l’évidente différence entre le militant de base et tout homme d’Etat qui se respecte, ne constitue pas la vertu cardinale de tous les dirigeants.

En tout cas, c’est ce qui permit à l’Afrique du Sud d’échapper, jusqu’à présent, au bain de sang généralisé. Mais, l’équilibre est fragile, et l’on peut nourrir quelques soucis pour l’après- Mandela, la haine couve peut-être toujours sous la cendre. Nul n’a notamment oublié les déclarations tonitruantes de celle qui fut son épouse pendant trente-huit ans, Winnie Madikizela Mandela («Un Boer, une balle» ou «avec nos boîtes d’allumettes et nos pneus enflammés, nous libérerons ce pays»). L’avenir est sombre… Le génie politique et la hauteur de vue ne sont ni héréditaires, ni sexuellement transmissibles.

Les commentaires sont fermés.