25/05/2013 09:28 | Lien permanent | Commentaires (0)

L’aventure, c’est l’aventure

jean-charles_simon.jpgDe nature plutôt pusillanime, j’ai toujours terriblement jalousé ceux qui osent bousculer constamment le train-train de leur existence, pour qui, la vie ne mérite d’être vécue que si elle est imprévisible, bref, qui sont convaincus que «tout ce qui est fixe se délabre, tout ce qui est mouvement demeure», comme dit François Hollande (ou Jean Tinguely, je ne sais plus…). Ces gens-là constituent mon Panthéon personnel. Bon, je les admire tous, mais avec une intensité variable selon les cas. Ainsi, j’ai vibré bien sûr pour Alinghi, mais je me dis que si j’étais milliardaire, je serais aussi capable de claquer une infime partie de mon pognon pour remiser quelques mois la Coupe de l’America dans une vitrine de La Nautique. Je suis bien plus enthousiaste face aux exploits de Bertrand Piccard, dont la composante «éthique pour la planète» me semble indubitablement plus intéressante. Mais, je ne l’envie pas vraiment non plus. Dans sa famille, on possède le chromosome de l’héroïsme, et que voulez-vous faire contre l’atavisme? Non, celui qui me rend baba, c’est l’aventurier ordinaire, le type comme vous et moi au départ, qui, un beau jour, a une idée, en fait un projet et, surtout, surtout, qu’il finit par accomplir. Comme Raphaël Domjan, celui qui a conçu toute l’aventure de «PlanetSolar». Dans «Somme toute», il nous racontera comment, en constatant la fonte d’un glacier en Islande, il eut l’idée de son tour du monde à bord d’un bateau propulsé à l’énergie solaire.
Moi aussi, je suis allé en Islande, moi aussi, j’ai contemplé longuement le même glacier. J’ai trouvé le spectacle grandiose, certes. Puis je suis rentré à l’hôtel manger des langoustines. N’est pas aventurier qui veut. Somme toute… ●
gL’aventurier ordinaire qui, un beau jour, a une idée, en fait un projet et, surtout, qui le réalise…

Les commentaires sont fermés.