09/02/2013 10:14 | Lien permanent | Commentaires (0)

Le retour de l’ayatollah prodigue

Il y a quand même des gens qui font tout pour qu’on ne les aime pas. Prenez Mohammad Reza Pahlavi, plus connu à l’époque sous le nom de Shah d’Iran. Ce type-là, qui avait tout pour lui au départ, riche, jeune, beau et le regard persan, a bêtement réussi à faire tout faux. Même ma tante Jeannine, qui, pourtant, ne pouvait pas être cataloguée dans le camp des pasionarias gauchistes, le détestait. Bon, elle, c’était surtout parce qu’il avait fait pleurer la princesse Soraya en la répudiant, et qui, depuis, était inconsolable, comme on pouvait le lire toutes les semaines dans Ici Paris.
 Et puis il y a avait eu ces incroyables fêtes du sacre à Persépolis, avec tout ce gaspillage indécent de pognon, à côté desquelles le mariage de Kate et William ressemblait à la verrée d’adieu d’un collaborateur de la RTS. Et puis, comme si cela ne suffisait pas, les exactions de la SAWAK, sa police secrète, avec son lot d’assassinats et de tortures d’opposants, avaient fini de le déconsidérer à nos yeux. C’est pour cela que le retour de l’ayatollah Khomeiny fut un jour de liesse pour nous, qui adorons célébrer la résurgence de la Liberté dans les pays exotiques. Comme dirait Salman Rushdie, nous mîmes peu de temps pour modérer notre enthousiasme. Pour «Somme toute», j’ai demandé à l’avocat genevois Shahram Dini, Iranien d’origine et fin connaisseur du pays, s’il partageait nos sentiments sur cet événement et ses retombées.
Depuis, d’autres tyrans ont été chassés dans le monde. J’avoue désormais avoir un peu de peine à me réjouir immédiatement à l’annonce de ces bonnes nouvelles. On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on trouve. Somme toute…●

Les commentaires sont fermés.