20/10/2012 09:31 Publié dans La coulée douce | Tags : matin, semaine, invité | Lien permanent | Commentaires (0)

La Toussaint des anguilles  

Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Bâlois furent réveillés ce 1er novembre 1986 par les sirènes et peut-être aussi par l’odeur pestilentielle qui avait envahi l’air ambiant. Des voitures équipées de haut-parleurs parcouraient les rues en leur intimant l’ordre de rester chez eux, de fermer les fenêtres et d’écouter la radio. Les entrepôts de Sandoz étaient en flammes.

Sacré baptême du feu pour notre invité de dimanche, Edgar Fasel, à l’époque nouvellement nommé porte-parole de la firme. Car Sandoz devait communiquer, mais quoi? Les entrepôts brûlaient, c’est sûr… Mais que contenaient-ils exactement et en quelle quantité? Mystère. La gestion des stocks n’était évidemment pas informatisée, seul un «carnet du lait» vaguement rempli à la main attestait de la présence d’innombrables substances différentes, toutes plus toxiques les unes que les autres.

Dans le doute, les pompiers inondèrent le foyer de 15 000 m3 d’eau, eau qui s’empressa de s’écouler dans le Rhin tout proche. Ce déversement de saloperies évita sans doute des victimes humaines, mais eut pour conséquence d’éradiquer pratiquement tous les poissons jusqu’à Rotterdam. Depuis 1986, Dieu merci, nous avons fait de gros progrès. Dans la gestion des stocks, bien sûr. Parce que dans celle des crises, c’est moins sûr. Le problème, avec les crises, c’est un peu comme avec les querelles de ménage, elles sont d’autant plus violentes qu’elles sont moins prévisibles. Pensons simplement à Fukushima…

Et, aujourd’hui, grâce à la Toile, la rumeur va nettement plus vite que dans l’air de la Calomnie de Rossini. Il paraît que trois ans déjà après la catastrophe, les premiers saumons remontaient de nouveau jusqu’à Bâle. La preuve qu’avec les oméga 3 l’absence de rancune est la principale qualité des poissons gras. Somme toute…

 

«Somme toute…»
Tous les dimanches, à 13 h

Les commentaires sont fermés.