22/09/2012 09:05 Publié dans La coulée douce | Lien permanent | Commentaires (0)

L’avenir appartient aux Pic de La Mirandole

Demain, à cause des votations fédérales, il n’y aura pas d’émission «Somme toute...». Et ça tombe drôlement bien, parce que je devais recevoir Jacques Attali, mais il m’a posé un lapin.

Malgré cela, j’adore Jacques Attali. C’est un esprit supérieur qui sait énormément de choses, surtout celle-là. Aussi, quand j’appris que, dans le cadre du Festival de Saint-Prex, il allait diriger le Sinfonietta, vous pensez si je me suis précipité. A l’entracte, après l’ouverture des «Noces» et l’exécution d’un concerto de Bach, je vous avouerai que je me sentis perplexe. Et l’entretien avec Darius Rochebin dont il nous gratifia alors n’arrangea rien. Avec une étonnante modestie, il tint à préciser d’emblée que, s’il adorait la musique (sa mère l’ayant assis sur un tabouret de piano à 5 ans), il ne se sentait pas vraiment chef d’orchestre. Précaution sans doute inutile, à la première mesure, chacun ayant remarqué que sa battue était légèrement différente de celle du regretté Furtwängler. S’il se prêtait à cette épreuve, c’est qu’on lui en avait fait la proposition et que, dans ce monde de spécialisation outrancière, pour lui, la Vie se devait d’être multiple, son plus grand intérêt étant de saisir toutes les occasions d’explorer de nouveaux champs, quitte à trembler de peur, comme ce soir-là.

Je ne peux qu’applaudir à ce discours. Résistons à ceux qui veulent nous mettre dans des cases. Boris Vian le disait déjà: «L’avenir appartient aux Pic de La Mirandole.»

La seule frontière qui risque de demeurer à jamais infranchissable aux esprits universels est sans doute la pratique ou le coup de main. Le gastronome n’est pas forcément cuisinier, l’hypocondriaque, médecin urgentiste, et le mélomane, chef d’orchestre. Somme toute…

«Somme toute…»
Tous les dimanches, à 13 h.

Les commentaires sont fermés.